>
logo-La Taillerie
» » La citrine

La citrine

La Citrine

Généralités 

  • ​Famille : Quartz
  • Composition chimique : SiO2
  • Couleur : Jaune pâle à orange brun doré
  • Dureté : 7 sur l’échelle de Mohs
  • Densité : 2,65
  • Caractère optique : Uniaxe
  • Indice de réfraction : 1,544-1,553
  • Biréfringence : 0,009
  • Système cristallin : rhomboédrique
  • Éclat : vitreux
  • Pays producteur : Brésil, Madagascar, États-Unis, Russie, Argentine, Écosse, Espagne, Myanmar, Namibie, Bolivie

     

La citrine est la pierre associée à l’automne et en particulier au mois de novembre. La gemme est aussi représentative du 13ème anniversaire de mariage.

 

 

Origine du nom 

 

Le nom Citrine doit son origine au latin « citrus » en référence à sa couleur. C’est au XVIème siècle, en 1546, grâce au savant allemand Georges Bauer, que le nom « citrine » est associé uniquement au quartz de couleur jaune. En effet, avant cela, le terme englobait de nombreuses gemmes de cette couleur sans différence minéralogique.

 

 

Les couleurs de la citrine

La couleur d'une citrine peut varier d'un jaune très pale à un orange brun. Cette couleur spécifique est due à la présente de fer ferrique dans sa structure cristalline.

La variété de couleur peut être due au fait que cette gemme est naturelle ou traitée.

Une citrine naturelle aura une couleur plutôt pâle ou claire.

Cependant, la plupart des citrines présentes sur le marché proviennent d'améthystes et de quartz fumé qui ont été chauffés. En effet, certains quartz chauffés entre 200°C et 600°C peuvent changer de couleur pour obtenir des teintes de jaune clair jusqu'à des teintes orangées voire brunâtre.

Certaines citrines ont une appellation dite « lemon » ou « quartz citron ». Cette appellation correspond à des spécimens jaunes, légèrement verdâtres. Cette teinte spécifique est obtenue à la suite d’un traitement par irradiation aux rayons gamma.

 

Histoire de la citrine

La citrine est connue et utilisée depuis l’antiquité.

En Égypte ancienne, les pierres de couleur citrines étaient associées à Sekhmet, déesse à tête de lionne fille de Râ, le dieu soleil. Cette déesse colérique et agressive peut provoquer des maladies, cependant, la présence de citrine a des vertus apaisantes sur elle et lui donne le don de guérir. Elle se transforme ainsi en Bastet, déesse à tête de chat et protectrice bienveillante des foyers.

Nous avons aussi des traces de la citrine dans la civilisation Grecque tout comme dans la civilisation romaine. Les romains choisissaient de porter cette pierre sous forme de cabochon ou encore décidaient d’en faire des intailles (technique de gravure dans la pierre).

Cette gemme était utilisée comme un talisman dont le don était censé prévenir, selon les croyances, contre le venin de serpent et agissait pour contrer le mauvais-œil.

En outre, les Grecs associaient la citrine à Apollon, dieu de la lumière, de l’harmonie, de la médecine et de la musique.

 

Où trouver les citrines ?

La citrine se forme dans les mêmes conditions que tous les quartz, c’est-à-dire dans tout type de roches à l’exception des roches basiques à ultrabasiques (basaltes, gabbros, péridotites) et hyperalcalines.

De très beaux spécimens ont été retrouvés dans des roches métamorphiques. En effet, dans ces milieux, il est possible que des bulles de gaz soient confinées dans la roche et, avec le temps et les conditions favorables, la silice forme des cristaux dans cette bulle créant ainsi une géode.

Bien que présente partout dans le monde, la citrine est extraite sous sa forme naturelle uniquement dans certains pays. Les principaux gisements exploités se trouvent au Brésil, à Madagascar, en Russie et aux États-Unis.

 

Les différentes tailles des citrines

Dans la nature, les citrines se trouvent sous forme de géodes de différentes tailles ou encore de cristaux.

De nombreux cristaux de citrine sont taillés en pierre roulée pour être utilisés en décoration ou dans le domaine de la lithothérapie. Des cristaux peuvent aussi servir à la confection de perles et de petits cabochons.

Les spécimens de citrines de meilleure qualité, dont la couleur est homogène, lumineuse, peu incluse et avec une belle transparence, sont taillés à facettes pour être utilisés en joaillerie. Toutes les formes (rond, ovale, cœur, carré, barrette, poire, troidia, coussin ou encore taille fantaisie) sont possibles dans la taille des citrines.

Les inclusions

Lorsque l’on veut trouver un spécimen de citrine, les critères principaux auxquels cette gemme doit répondre sont la transparence, la couleur homogène et le fait qu’elle soit peu incluse. Cependant, on peut parfois voir des pierres qui, à la loupe ou au microscope, nous révèle des inclusions invisibles à l’œil nu.

On peut trouver des types d’inclusions nommées les zones de couleurs. Elles sont très présentes dans toute la famille des quartz et donc chez les citrines. Invisible, à l’œil nu, car la couleur semble homogène, elles peuvent être observées à la loupe et ressemblent à une délimitation de couleur entre le plus clair et le plus foncé. Il existe aussi dans les zones de couleur des inclusions nommées « zébrures » qui sont une alternance entre les zones claires et foncés. Ces dernières sont peu visibles à l’œil nu, mais peuvent être distinguées à la loupe et sont typiques des citrines provenant d’améthystes chauffées.

On peut observer de nombreuses autres inclusions sous différentes formes : gazeuses, liquides ou encore solides. Il est aussi courant de trouver des fissures, fractures et autres lacunes cristallines dans les citrines naturelles ou traitées. 

Les pierres pouvant être confondues avec la citrine

La citrine peut être confondue avec d’autres pierres due à sa variété de couleurs. Elle est en général le substitut de pierre plus onéreuse, néanmoins, il faut veiller à ce que la citrine ne soit pas elle-même substituée par du verre ou des pierres synthétiques.

On peut confondre la citrine avec les gemmes suivantes : 

  • l'apatite jaune
  • le béryl jaune
  • l'orthose
  • la topaze jaune
  • la tourmaline
  • le verre coloré
  • la scapolite

La citrine est aussi fallacieusement appelée sous différents noms dans le commerce tel que la topaze de Bahia, de Madère, de Palmyre ou encore de Rio Grande. Dans ces cas-ci, il s’agit de citrines dont la provenance est de Bahia, de Madère, de Palmyre et de Rio Grande.

Les citrines synthétiques

Les quartz peut être reproduits de manière assez simple. Il s’agit d’une technique de synthèse dite hydrothermale. Cette méthode permet d’obtenir des quartz de toute teinte et donc des nuances de jaune et orange typique de la citrine. Pour pouvoir différencier cette synthèse de la pierre naturelle, il sera nécessaire de faire appel à un gemmologue ou un laboratoire, car les deux spécimens partagent les mêmes propriétés optiques et chimiques.